San Antonio à un tournant

Publié le par MK2S TheBigmack

San Antonio à un tournant

 

Eliminé au premier tour des playoffs par Dallas pour la première fois depuis 2000, San Antonio vient de terminer une saison compliquée. Entre les blessures à répétition et le poids de l'âge, les Spurs ont été limités malgré les performances de Tony Parker. Mais l'avenir n'est pas noir pour autant.

 

Eliminé au premier tour des playoffs par Dallas pour la première fois depuis 2000, San Antonio vient de terminer une saison compliquée. Entre les blessures à répétition et le poids de l'âge, les Spurs ont été limités malgré les performances de Tony Parker. Mais l'avenir n'est pas noir pour autant.


UNE SAISON A TRES VITE OUBLIER

Les Spurs ne garderont pas un grand souvenir de cet exercice 2008-2009. C'était tout sauf un grand cru pour la franchise aux quatre titres NBA en dix ans. C'est simple : rien n'a tourné très rond. Tim Duncan a été empoisonné par ses genoux grinçants. Manu Ginobili par des problèmes à la cheville (seulement 44 matches et forfait pour les playoffs). Et les Spurs n'ont jamais trouvé leur rythme. Malgré une saison régulière plus qu'honorable terminée à la troisième place de la Conférence Ouest (54 victoires - 28 défaites), ils ont connu la désillusion d'être éliminés au premier tour des playoffs par Dallas (4-1). Une première depuis l'an 2000. Résultat, les questions s'accumulent.

PARKER, LE NOUVEAU BOSS ?

C'est peut-être la seule bonne nouvelle pour les Texans à l'issue de cette saison : Tony Parker n'en finit plus d'impressionner. Le meneur tricolore, qui a connu sa troisième participation au All Star Game, vient de conclure sa plus belle saison régulière sur le plan personnel avec ses meilleures moyennes aux points (22) et en passes décisive (6.9) depuis ses débuts en NBA en 2001. Cerise sur le gâteau : il s'est offert quelques records. Et notamment lors d'une nuit à Minnesota le 5 novembre dernier. Déchaîné ce soir-là, il est devenu le troisième joueur dans la grande Ligue nord-américaine à cumuler au moins 55 points et 10 passes et a rejoint les "légendes" Oscar Robertson (en 1964-65) et Michael Jordan (en 1992-93). Rien que cela...

Toujours aussi efficace en pénétration, plus adroit avec son shoot extérieur, le triple champion NBA (2003, 2005, 2007), sacré MVP de la finale 2007, TP a encore franchi un cap pour devenir une machine à scorer. En playoffs, il avait encore réussi à passer la vitesse supérieure pour s'installer comme deuxième meilleur marqueur en post-saison derrière l'incontournable LeBron James avec 28.6 points de moyenne sur les cinq matches disputés face aux Mavs. Autant de bonnes nouvelles pour les Spurs pour le futur et pour l'équipe de France qui compte sur lui cet été pour se qualifier pour l'Euro 2009. Une belle occasion d'oublier sa saison collective avec les Spurs...

NE PAS LES ENTERRER TROP VITE ?

Trop vieux les Spurs ? Pour certains, la question ne se pose même pas. "Les Spurs ont montré leur âge avec cet échec au premier tour", lance ainsi l'American-Statesman, un quotidien d'Austin. Alors oui, les Texans présentent une équipe vieillissante. Tim Duncan, le franchise player, commence à sentir le poids de l'âge et n'arrive plus à enchaîner les matches. Manu Ginobili du haut de ses 31 ans est dans un cas similaire. Quant à Bruce Bowen (37 ans), Michael Finley (36) ou encore Kurt Thomas (36), leurs belles années sont derrière eux. Et pourtant, il ne faut pas enterrer San Antonio si vite. Si Duncan et Ginobili retrouvent la forme, la franchise texane, qui reste tout de même sur une saison à 54 victoires, aura encore des arguments à faire-valoir dans le sillage de son Big Three.

L'opération rajeunissement commencée l'été dernier va continuer. Les George Hill et autre Roger Mason Jr ont déjà montré de belles choses et pourraient avoir plus de responsabilités dans le futur. Surtout, il faut compter sur Gregg Popovich pour tirer le maximum de son groupe jusqu'au départ en retraite de Tim Duncan. L'entraîneur texan a toujours eu du nez pour renforcer son groupe et saisir les opportunités qui se présentent à l'image de Drew Gooden cette saison. De nombreux free-agents* étant sur le marché cet été, il y a fort à parier que San Antonio arrive à attirer un gros poisson dans ses filets. Les rumeurs annoncent déjà que les Spurs s'intéresseraient de près à Rasheed Wallace. "Nous allons continuer à construire autour de notre trio et espérer associer de meilleurs atours", annonce R.C. Buford, le General Manager texan dans le New York Times. San Antonio n'est pas mort...

Publié dans Sport

Commenter cet article