La semaine sociale s'annonce chargée

Publié le par MK2S TheBigmack

Les organisations syndicales ont rendez-vous lundi pour décider des suites à donner au 1er mai. Par ailleurs, des actions sont prévues un peu partout, notamment dans les facs et les prisons.


La semaine sociale sera marquée par un blocage progressif des prisons organisé par trois syndicats pénitentiaires, et par la réunion lundi des syndicats qui cherchent une suite à leur forte mobilisation unitaire du 1er mai.

Sans rien céder sur les revendications (pouvoir d'achat, inflexion des réformes..), le gouvernement, par la voix du ministre du Travail Brice Hortefeux et celle du conseiller social de l'Elysée Raymond Soubie, a dit samedi qu'il prévoyait de rencontrer les partenaires sociaux «d'ici la fin du mois de juin» pour évaluer l'impact des mesures prises face à la crise.

Mais sur le front du programme de réformes, concernant aussi bien l'hôpital que le travail du dimanche, le gouvernement n'a annoncé aucun changement de direction. Il a même prévu d'adopter «avant l'été» le délicat projet de loi sur la mobilité des fonctionnaires, déjà adopté par le Sénat il y a un an.
Divergences sur les moyens d'action

En face, le front syndical, uni depuis plusieurs mois, doit décider de la suite à donner à son mouvement. La plupart des leaders ont affirmé leur volonté de maintenir l'unité, malgré des divergences de vue sur les moyens d'action, seuls FO et Solidaires (Sud) se déclarant favorables à l'appel commun à une grève générale.

«Il faut monter d'un cran» pour faire bouger le gouvernement, a déclaré vendredi le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly, partisan d'un appel à 24 heures de grève générale.

«On est pour la grève générale, mais la question, c'est surtout de la construire ensemble au niveau national et surtout avec la diversité des salariés», a déclaré de son côté Annick Coupé (Solidaires). François Chérèque (CFDT) s'est lui déclaré «certain» que l'unité durerait.

«On trouvera une solution lundi soir, j'en suis sûr. Ce qui change aujourd'hui, c'est que, malgré nos différences, à chaque fois on trouve une solution entre les organisations syndicales. On arrivera à trouver une date. On arrivera à trouver un moment et une forme de mobilisation, j'en suis certain. Les choses continueront», a-t-il dit.

Les syndicats se réuniront lundi en fin d'après-midi au siège de la CFTC à Paris.
Prisons, universités, emploi...

La semaine sera aussi marquée par le bras de fer qu'entament lundi les trois principaux syndicats du personnel pénitentiaire avec Rachida Dati, la ministre de la Justice, pour protester contre leurs conditions de travail dans des prisons surpeuplées.

L'Ufap-Unsa, Fo-pénitentiaire et la CGT-pénitentiaire ont décidé de bloquer les transfèrements de détenus et extractions judiciaires dans les prisons, ce qui risque d'empêcher les procès où accusés et prévenus sont en détention provisoire.

Par ailleurs, mardi, la commission Jeunesse se réunira autour du Haut commissaire Martin Hirsch pour débattre du logement, de l'insertion sociale et problèmes de santé ou d'accès aux soins des jeunes.

L'idée d'un service civique, volontaire et rémunéré, proposée en septembre par l'ex-ministre de l'éducation Luc Ferry et confirmée en février par M. Hirsch, sera abordée sous l'angle de la «participation à la vie de la cité».

Dans les universités, la semaine verra les assemblées générales d'étudiants reprendre, après des vacances. Des associations professionnelles et étudiantes appellent à se rassembler mardi à Paris pour la journée internationale de la sage-femme.

Enfin, le secrétaire d'Etat à l'Emploi Laurent Wauquiez présentera lundi un premier bilan de la mesure "zéro charges" pour les embauches effectuées par les TPE de moins de 10 salariés.

Publié dans News du web

Commenter cet article